l’invité
revue de presse

 


« Un téléviseur, dos au public, capte tout d’abord l’attention des danseuses. Puis grâce à un système de vidéo-projection surgit soudain la spectaculaire illusion que l’écran à englouti la scène. La part narrative étant ainsi campée, la danse n’a plus qu’à se préoccuper d’elle-même et se vouer à sa formidable exploration : celle du rapport à l’autre, en pleine mutation dans un monde dominé par l’image. Thème ô combien galvaudé, mais par lequel s’affirment ici les contours d’un langage inédit... »

« (...) Bodies literally re-compose themselves, seeking new functions, inventing odd and irregular curves, losing themselves in fortuitous equilibriums. Movements and evolutions draw spontaneous tracings. The metamorphosis shows itself through a mechanics of which codes have been upset, where violence, wariness, recognition and taming stand for the differents stages of an unrestrained game.
This piece offers us an unexpected dance, physical in the extreme, both sensitive and rough, impulsive and erudite (...) »

Delphine Huetz, Libération, 5 mai 99



« ... Comme pour une performance, l’envie est irrépressible d’aller, debout avec les danseuses vivre ce corps perdu dans la neige d’un écran TV (...) De la Matière. Il y a de la matière chez ces jeunes artistes. C’est réjouissant ... »

Francis Cossu, La Marseillaise, 8 mai 99


"la pièce passe d'un questionnement au premier abord sur l'image à une exploration de la tactilité. Et là, le champ et les objets qu'il contient sont aussi protéiformes que les matières évoquées par les sons et les gestes, que les possibilités de contacts, de tacts, de rencontres que les rapports avec les images qui, avant d'être spéculaires, tissent avec le regard des relations de l'ordre de la tactilité."

Noël Ravaud, Spore, juin 99


"Le corps cherche aujourd'hui à s'affranchir de l'enfermement en visitant froidement ce qui l'enferme. Paradoxalement d'ailleurs. Car, si l'image montre ceux que l'on enferme, le corps, lui finit toujours par s'échapper et trouver le lien ailleurs. Exactement à la façon des programmes informatiques, truffés de liens cachés, qui ne sont pas nécessaires à notre compréhension, mais indispensables au fonctionnement logique de la machine. Machine soumise, corps rebelles et obstinés."

Michel Vincenot, 28 octobre 99, Pau






LES GENS DU QUAI COMPAGNIE